Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 22:31

Le nombre d’espèces de clématites est impressionnant et l’Asie en recèle une bonne majorité. Si on peut en observer un grand nombre en fleurs au printemps, un nombre non négligeable d’espèces fleurissent en automne et même en hiver.

 

C’est le cas de celle qui nous intéresse ici. Lors d’un voyage dans l’ouest du Sichuan en septembre 2005, nous avons séjourné dans la région de Kangding, petite ville située au pied des montagnes. Un petit téléphérique permet d’atteindre un temple au sommet de la montagne Paoma. N’étant pas très haute, il est plaisant de redescendre à pied, le long du sentier tortueux, le long de la végétation. C’est près du sommet, dans une végétation arbustive et arborée que nous avons vu cette clématite en pleine floraison. La plante était couverte de petites clochettes pendantes et jaune pâle. Il était intéressant d’y noter leur parfum car nombre de clones en culture dans nos jardins non pas ce caractère.

L’espèce a d’ailleurs découverte dans ce lieu, en 1898 par le missionnaire français Aubert qui était basé à Kangding (Tatsienlu à l’époque) et qui en envoya des graines au Museum d’Histoire Naturelle de Paris. Des plants florifères furent obtenus dans l’année et son potentiel ornemental fut rapidement remarqué. En 1900, Bois décrit et illustre la plante sous le nom de Clematis buchananiana var.vitifolia, une variété qui avait été décrite de l’Himalaya. Cinq ans plus tard, L. Henry publie un article dans la revue horticole sous ce même nom. En 1904, cette clématite est introduite en Angleterre depuis la France par Bean à Kew Gardens. Bean n’est pas d’accord avec le nom qui lui a été donné et la nomme Clematis nutans, une autre espèce déjà connue de l’Himalaya. C’est sous ce nom qu’il publia une note dans le Kew Bulletin de 1910. Durant la même période, la plante est réintroduite par Wilson de la même localité chinoise et, en 1913, Rehder & Wilson la décrive comme une variété de Clematis nutansC.nutans var.thyrsoidea. Mais seulement un an plus tard, Craib, qui n’était pas de cet avis, publie une nouvelle espèce, Clematis rehderiana. Ouf ! vous avez suivi ?

Mais ce n’est pas tout. En publiant cette espèce, Craib en publie une seconde sous le nom de Clematis veitchiana. Cette espèce n’est aujourd’hui plus considérée comme valide mais synonyme de... Clematis rehderiana ! A l ‘époque déjà, Rehder & Wilson ont des doutes sur l’identité de cette C.veitchiana et estime qu’il ne s’agit que d’une forme extrême de C.nutans var.thyrsoidea (également synonyme aujourd’hui de C.rehderiana). Il faut dire que C.rehderiana est une plante variable dans la forme de ses folioles, dans la taille de ses bractées et dans la pubescence de ses sépales.

Plus récemment, en 1963, Kuan & Wang ont collecté de nombreuses variantes dans la même région. En 2005, nous collections des graines dont les plantes issues sont cultivées dans notre jardin.

Il est intéressant de noter que les plantes du Sichuan ont des sépales glabres et que celles du Yunnan ont les sépales pubescents. Les variations morphologiques de cette clématite expliquent pourquoi on trouve cette plante sous plusieurs noms dans la littérature.

Le 15 septembre 1936, Mr. E. Markham l’exposa à la Royal Horticultural Society et obtenu un mérite.

Dans la nature, on la retrouve dans les fourrés, au bord des rivières et dans les haies, entre 2200 et 3200 m d’altitude, dans l’ouest du Sichuan, le sud du Qinghai, l’est du Tibet et le nord-ouest du Yunnan où j’avais déjà eu l’occasion de l’observer au nord de Lijiang en 1999.

 

Dans le jardin, elle se montre tout à fait résistante aux hivers rigoureux. Elle apprécie un emplacement au soleil ou à mi-ombre, à l’abri des vents violents. Comme toutes les clématites, elle craint les sols trop humides et mal drainés en hiver. Assez vigoureuse, il faudra lui prévoir un support de 3 à 4 m minimum sachant qu’elle peut dépasser les 5 m si on ne la taille pas. Elle ne craint pas un sol raisonnablement calcaire. Elle mettra un ou deux ans pour s’installer mais une fois partie, elle fleurit généreusement chaque année.

 

La photo montre la plante dans son habitat dans l'ouest du Sichuan, en fin de floraison. En pleine floraison, les fleurs sont plus jaune pâle.

 

Clematis-rehderiana-5.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de asianflora
  • Le blog de asianflora
  • : blog du site asianflora sur les plantes asiatiques
  • Contact

Recherche

Liens