Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 23:22

Amoureux des plantes depuis tout petit, 15 ans de travail dans de riches collections botaniques, 12 ans d’explorations en Asie... Des milliers de plantes croisées au détour d’un chemin au sommet des Himalayas, au tournant d’un passage d’un parc anglais ou japonais ou tout simplement plantées dans notre jardin... Parmi celles-ci, j’ai décidé de vous en présenter 500. 500 qui ont une histoire, pour lesquelles j’ai eu le coup de foudre, 500 qui trouveront place dans nos jardins ou qui resteront au rang de mythiques car incultivables.... Cela fait beaucoup me direz vous ? Bien au contraire, la sélection sera difficile et rien n’est préparé. Imaginez que les voyages en Asie et les visites de jardins ont permit de réaliser près de 35.000 clichés de végétaux et que 5.200 d’entre eux sont cultivés dans notre jardin... Ma sélection ne s’arrêtera d’ailleurs pas forcément aux plantes asiatiques. C’est le cœur qui va parler. Quand nous arriverons à la 500°, je concrétiserai sans doute tout ça par un bel ouvrage (mon éditeur, lis-tu ces pages ???)....

 

1/ Phyllostachys nigra, le bambou noir (1/500)

 

C’est par les bambous que tout a commencé. Je me devais donc de débuter cette série par l’un d’entre eux. Il y a des dizaines de bambous que je trouve très beaux et, sans réfléchir, je choisis le bambou noir. Peut être que d’autres suivront, qui sait ?

Une fascination. Voilà le juste mot pour décrire ma découverte de cette plante. Il n’en fallait pas plus pour que je décide d’y consacrer mon mémoire de BTS. Visites de jardins, inscription à l’Association Européenne du Bambou, tout ceci m’a permit de rencontrer Yves Crouzet, à l’époque PDG des pépinière de la Bambouseraie, où j’allais travailler pendant près de 5 ans.

Tout me fascine dans le bambou : sa symbolique, ses multiples utilisations, sa grâce naturelle  et son graphisme hors pair. Alors, c’est vrai, il n’a pas une bonne réputation, on le considère comme envahissant dans nos jardins. Tous ne le sont pas et il faut apprendre à les dompter. Mais quel bonheur, au cœur de l’hiver, de voir ses chaumes colorés et son feuillage exubérant se détachant de cette brume grise et morne.

On pourrait raconter des centaines d’histoire sur le bambou. J’aime le bambou noir pour ses chaumes, qui, avec le temps, deviennent noir ébène et brillants. Un fabuleux contraste avec son feuillage vert frais. C’est un bambou unique. Au jardin, il formera une touffe dense de 3 à 4 m de haut environ. On dit ses feuilles sensibles aux vents froids de l’hiver, il se montre pourtant très résistant. Ses chaumes sortent verts et noircissent dans le courant de la 2° année. Il est alors judicieux de couper ses branches basses pour en dégager la base des chaumes.

Largement cultivé dans de nombreux pays, il est difficile d’en connaître l’origine exacte. D’après les chinois, ce serait dans le sud de la province du Hunan sur les pentes des montagnes et dans les vallées, en forêts. Mais il est cultivé depuis des temps ancestraux au Japon. Cela se comprend aisément car il reste très décoratif, même une fois ses chaumes secs. En effet, les pigments noirs des chaumes sont chimiquement stables et ils ne perdent donc pas leur couleur une fois secs. Ils sont très utilisés pour la décoration des maisons japonaises, pour les manches des pinceaux pour la calligraphie et comme supports pour les tapisseries.

Il en existe de nombreuses formes.

Phyllostachys-nigra-4.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de asianflora
  • Le blog de asianflora
  • : blog du site asianflora sur les plantes asiatiques
  • Contact

Recherche

Liens